Point de départ de toutes sortes d’expéditions à travers l’Afrique noire, Saint-Louis est à l’époque le cœur de la colonie du “Sénégal et dépendances“, capitale de la colonie du Sénégal et enfin en 1895 capitale de l’Afrique Occidentale Francaise soit quatre territoires : le Sénégal, le Soudan (Mali), la Guinée et la Côte d’Ivoire. C’est une période exceptionnelle pour Saint-Louis. Capitale du Sénégal et de lAOF, centre de rayonnement de l’instruction et de la culture française mais aussi capitale de la douleur, de la traite et de l’esclavagisme car comptoir relais entre l’intérieur du pays et l’exportation vers les Amériques des esclaves venus de la Falémé et du haut Sénégal.

saint-louis-rueEn 1902, sept années plus tard, la fonction de capitale de l’Afrique Occidentale Française est perdue au profit de Dakar.

En 1914, un noir représentant le Sénégal siège, pour la première fois, au Palais-Bourbon : Blaise Diagne. La situation sanitaire s’améliore, les structures sociales animistes disparaissent au profit de l’Islam. L’école William-Ponty, à Sebikhotane, forme une véritable élite sénégalaise : dès le premier quart du XXème siècle se dessine le Sénégal d’aujourd’hui, tandis que s’amorce le réveil de l’Afrique.

Dès 1944, le général de Gaulle profite de la conférence de Brazzaville pour parler d’indépendance au Sénégal. Avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, d’importantes mutations s’annoncent. Déchirée par deux guerres, empêtrée dans les conflits indochinois puis algérien, victime d’un système politique à bout de souffle, la France a perdu beaucoup de son autorité et de son prestige. La route de la décolonisation est ouverte. Au Sénégal, elle se réalisera autour d’une personnalité d’exception : celle de Léopold Sédar Senghor. Le 25 novembre 1958, la République sénégalaise, membre de la Communauté française, est proclamée.

Durant la première partie du XXième siècle, la vie politique nationale sera essentiellement animée par des Saint-Louisiens tels que François Carpot, Lamine Gueye, Dugay Cledor et Galandour Dion. Néanmoins, le début du XXième siècle est aussi le début du déclin de Saint-Louis et de l’émergence de Dakar.
Le titre de capitale du Sénégal est finalement ravie par Dakar en 1958.

Photos : DR